L’avantage économique sous-estimé d’une démarche de qualité de vie au travail

by Natalia Czulak
81 / 100 SEO Score

Le marché du travail est en pleine mutation, et avec lui les exigences envers les employeurs et les salariés. C’est l’une des raisons pour lesquelles les démarches de qualité de vie au travail et de promotion de la santé deviennent des facteurs de réussite importants pour de nombreuses entreprises. C’est dans cette optique qu’Urban Sports Club a développé une offre sport et bien-être flexible et variée, qui aide les salariés à mener une vie active et saine.

La digitalisation et la mondialisation créent des nouveaux domaines de travail et des nouvelles possibilités d’emploi, ce qui entraîne simultanément de nouveaux défis. Ces défis sont à la fois visibles au niveau de l’entreprise et au niveau de l’individu. La complexité, la flexibilité et un rythme de vie effréné peuvent mettre les employés à rude épreuve et entraîner un stress psychologique et physique. 

Pour y remédier, de plus en plus d’entreprises se tournent vers les programmes de santé au travail. Cela signifie qu’elles intègrent les questions de santé à leurs valeurs ainsi qu’à leurs méthodes de travail. Voici comment promouvoir la santé de vos employés peut vous apporter des bénéfices et comment la gestion de la santé en entreprise peut vous aider à atteindre vos objectifs.

Promotion de la santé et qualité de vie au travail 

La promotion de la santé au travail (PST) est souvent confondue avec la qualité de vie au travail (QVT). La promotion de la santé au travail est définie par le Réseau européen de promotion de la santé au travail comme : 

“…les efforts combinés des employeurs, des travailleurs, et de la société pour améliorer la santé et le bien-être des personnes au travail. Ceci peut être obtenu par une combinaison de l’amélioration de l’organisation et de l’environnement de travail, la promotion de la participation active et de l’encouragement du développement personnel.” 

European Network for Workplace Health Promotion. The Lisbon statement on workplace health in SMEs. Essen : BKK Bundesverband; 2001. 
  • Selon l’Anact, (l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail), la qualité de vie au travail désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment.
  • La promotion de la santé au travail fait partie de la QVT et se concentre sur les employés. Cela inclut, par exemple, la promotion de la forme physique et de la nutrition saine. La qualité de vie au travail et la promotion de la santé sont des mesures facultatives pour l’entreprise, leur prise en compte ou non est laissée libre à l’employeur. 

 Renforcer les facteurs de bien-être : la base de la QVT

Un concept très répandu de la QVT est le modèle de la salutogenèse, développée par le sociologue Israélien Aaron Antonovsky (Antonovsky, 1997). 

La salutogenèse fait la promotion de la santé en s’intéressant aux facteurs qui nous maintiennent en bonne santé. La pathogenèse vise la prévention et se concentre sur les facteurs qui nous rendent malades. La gestion de la santé au travail tente donc non seulement de réagir aux problèmes et aux maladies qui se produisent déjà et de les améliorer, mais aussi de renforcer les facteurs qui nous maintiennent en bonne santé. 

3 défis pour les employeurs

Chaque entreprise combine des idées et des besoins singuliers, mais la plupart d’entre elles sont confrontées aux mêmes défis. Nous en avons résumé trois :

1. La vérité n’est pas toujours bonne à entendre, mais les employés vieillissent, vous y compris.

Depuis un certain temps déjà, la démographie montre que la population globale vieillit et que cette tendance continuera dans le futur. En France, la population des personnes âgées de 65 ans et plus est ainsi passée de 16,2% en 2003 à 19,7 % en 2018. Selon un rapport de l’Insee, la quasi-totalité de la hausse de la population d’ici 2070 concernerait les personnes âgées. En 2040, environ un habitant sur cinq aurait plus de 65 ans. La part des seniors en activité est en forte croissance, d’après une enquête menée par France Stratégie et l’Insee. Alors qu’elle ne représentait que 2% en 2006, elle est passée à 7% en 2017.

Dans de nombreux cas, ces employé(e)s sont inestimables, voire indispensables à l’entreprise en raison de leur expérience et de leurs connaissances professionnelles. Toutefois, on ne peut nier que le vieillissement ait un impact sur la santé et la résilience mentale. Il est donc d’autant plus important de développer des solutions de santé et de développement durable le plus tôt possible.

2. Absence et présentéisme : des coûts sous-estimés pour l’entreprise

« Presque un employé sur deux est malade au travail. »

Deutsches Ärzteblatt | Vol. 106 | Issue 38 | 18. Septembre 2009

Avouez-le, comme beaucoup d’autres, vous êtes allé(e) travailler tout en étant malade. Souvent, l’accent est mis sur la réduction de l’absentéisme, ce qui est une bonne chose. Mais il y a un autre problème, tout à fait pertinent : le présentéisme.

Une démarche de qualité de vie au travail peut réduire considérablement l'absentéisme.

Le présentéisme, c’est quand des employés se présentent au travail tout en étant malades. Leurs raisons vont de la crainte de perdre leur emploi à leur sens des responsabilités envers leurs collègues ou à la supposition qu’ils sont juste indispensables. 

Selon une étude menée par l’Office fédéral allemand de la statistique et Statista Research, le coût du présentéisme s’élève à 2 399 euros par employé et par an, ce qui est encore plus élevé que le coût des jours d’arrêt de travail qui est de 1 199 euros par employé et par an. Donc, pour être clair :

La baisse de l’absentéisme dans l’entreprise n’équivaut pas à une main d’oeuvre en bonne santé. 

Pour rester informé, vérifiez si le taux d’erreur augmente par exemple, ou si la productivité se détériore.

3. L’importance croissante de la santé mentale 

Le nombre de personnes affectées par une surcharge mentale a considérablement augmenté ces dernières années. Ce qui a changé, cependant, c’est la perception sociale de la santé mentale. Autrefois, les problèmes de santé mentale étaient un sujet tabou, alors qu’aujourd’hui, on en parle plus ouvertement, même sur le lieu de travail. 

En France, selon une étude menée par Ipsos et la Fondation Pierre Deniker, 17% des employés s’estiment proches d’un épuisement professionnel. En Allemagne, selon la Confédération Allemande des Syndicats (German Trade Union Confederation) le Ministère fédéral du Travail (Federal Ministry of Labour and Social) et la Confédération des associations patronales allemandes (BDA), 13% des jours d’incapacité de travail étaient imputables à la santé mentale en 2013. Ce chiffre est en hausse et ne doit donc pas être sous-estimé. Les recherches ont également montré que les troubles de la santé mentale (stress, burn-out, anxiété) sont la principale raison de la retraite anticipée. Selon l’Institut der Deutschen Wirtschaft, les absences au travail dues aux troubles de la santé mentale représentaient déjà 16,6% en 2017.

Selon le sexe et l’âge, les problèmes de santé mentale sont l’une des deux raisons les plus fréquentes des jours de maladie et entraînent les absences les plus longues. Les raisons peuvent être nombreuses et variées, telles que le stress dû aux limites de temps, les routines de travail constantes ou les périodes de repos insuffisantes. Les entreprises peuvent mettre en place des solutions qui peuvent avoir une forte influence sur la santé et le facteur de stress des employés.

4 raisons de mettre en œuvre la QVT dans votre entreprise

Pourquoi une entreprise devrait-elle investir dans la QVT alors que c’est une initiative facultative qui présente des challenges ? Quels avantages apporte-t-elle ? Bien que de nombreuses entreprises intègrent déjà certaines mesures, c’est grâce à une mise en oeuvre de solutions durables que vous pourrez obtenir un succès à long terme. Voici les 4 principaux avantages qui accompagnent la qualité de vie au travail :

  1. La santé des employés : vos employés seront en meilleure santé et vous préviendrez les maladies physiques et mentales qui ont un impact direct sur la productivité.
  2. La fidélisation des employés : avec les mesures de la QVT, vous optimisez la satisfaction au sein de votre entreprise, créez une atmosphère de travail agréable et conservez les employés talentueux dans vos équipes.
  3. L’attractivité de l’employeur : les mesures de la QVT contribuent à l’image de marque de votre employeur, augmentent son attractivité et vous donnent les moyens de faire face à la concurrence.
  4. La réduction des coûts : en réduisant l’absentéisme et le présentéisme et en augmentant l’efficacité, vous réduisez les coûts à long terme.

N’oubliez pas que les améliorations dépendent de vos priorités et de vos objectifs. En général, les critères sont interdépendants et un certain facteur peut être porteur de progrès à différents niveaux.

L’impact de la qualité de vie au travail sur votre retour sur investissement

Peur de faire un mauvais investissement ?

Même si la mise en œuvre de la QVT présente de nombreux avantages, certaines entreprises hésitent encore. Les raisons sont multiples, allant du manque de ressources et de connaissances aux priorités opérationnelles ou à la crainte de coûts excessifs. Voici un exemple concret d’un système de gestion de la santé au travail bien mis en œuvre :

Selon l’entreprise et le secteur d’activité, les coûts d’une journée non travaillée se situent entre 300 et 500 euros par employé. En moyenne, les jours de maladie sont bien supérieurs à 10 jours par an. Supposons que votre entreprise compte 40 employés. Si chacun de ces employés est absent pour cause de maladie pendant 10 jours par an, les coûts s’élèvent à environ 160 000 euros par an. Si les mesures de la gestion de santé au travail ne peuvent éviter qu’un seul jour d’absence par employé, les coûts seront déjà réduits de 16 000 euros par an. Ne semble-t-il pas que cela soit un bon investissement ?

La preuve de l’avantage financier 

Selon plus de 2400 études, un programme de santé au travail réduit en moyenne d'un quart les jours d'absence.

4 étapes pour votre démarche de qualité de vie au travail

Êtes-vous prêt à intégrer la QVT ans votre entreprise ? Voici comment mettre en place un système structuré et durable en 4 étapes : 

1. Analyse

Chaque entreprise a des besoins individuels et un système de qualité de vie au travail doit y correspondre. Il est donc important de les analyser pour connaître les conditions préalables, les exigences et les problèmes éventuels. N’oubliez pas de prendre en compte ce qui a déjà été fait ainsi que les mesures existantes de gestion et de promotion de la santé au travail. Si cette analyse montre que vos employés n’ont aucun besoin, sont parfaitement heureux et en bonne santé, tant mieux.

2. Planification 

Afin de garantir le succès de votre système de management de la santé, les objectifs stratégiques et opérationnels doivent être clairement définis. Servez-vous de votre analyse pour établir ce qui doit être réalisé et si vous souhaitez introduire une stratégie préventive ou corrective.

Toutefois, n’abordez pas trop de domaines différents en même temps au début, afin de ne pas perdre votre vue d’ensemble. Il est judicieux de rechercher un soutien externe, qui pourra apporter une précieuse expérience à l’élaboration de votre stratégie.

Les objectifs que vous définissez vont clairement définir le choix de vos solutions de de santé et dépendent de vos besoins individuels ainsi que de la taille de votre entreprise. Souvent, l’accent est mis sur des objectifs stratégiques tels que le retour sur investissement, la croissance et la réduction des coûts. Une distinction est faite entre les critères indispensables et les critères souhaités. Les critères indispensables comprennent, par exemple, l’augmentation de la productivité, le fait d’éviter les retraites anticipées ou la réduction de l’absentéisme. Les critères souhaités comprennent l’augmentation de la satisfaction et de la motivation des employés, la création d’une bonne atmosphère de travail et la valorisation du travail d’équipe.

3. Mise en œuvre des mesures de santé

Quelle que soit la qualité de vos objectifs et de votre planification, sans la coopération de vos employés, vous n’obtiendrez pas de résultats positifs pour l’entreprise. Comme déjà défini ci-dessus, la santé doit être promue de manière durable et à long terme et un mode de vie sain doit être encouragé. Pour ce faire, vous êtes confrontés à deux grands défis

  • Les programmes de santé sont surtout utilisés par des employés déjà sportifs, tandis que les employés inactifs continuent à ne pas participer.
  • L’effet “bonnes résolutions” : comme pour les résolutions du Nouvel An, les employés peuvent dans un premier temps profiter des nouvelles offres, mais après un certain temps, retomber dans leurs anciennes habitudes.

Pour relever ces défis, les employé(e)s doivent être informé(e)s et encouragé(e)s. Parmi les mesures possibles, on peut citer la sensibilisation aux risques pour la santé ou la pédagogie sur les avantages d’un mode de vie sain. Si l’employé réussit à prendre l’habitude d’avoir ce comportement, la probabilité de retomber dans les anciennes habitudes est plus faible. Dans ce cas, il sera utile de répéter fréquemment des activités sur une certaine période de temps.

Le responsable de la santé peut organiser un événement de lancement, tel qu’une journée de la santé, pour présenter les mesures. Celle-ci peut considérablement varier, en fonction de la manière dont vos objectifs sont fixés. Il peut s’agir, par exemple, d’examens médicaux dans l’entreprise ou de séminaires et de consultations sur les problèmes psychologiques et physiques. Là encore, il est important d’établir une routine pour les employés, qui servira de base d’évaluation mesurable.

4. Évaluation de la QVT

Le processus et les résultats d’un programme de santé doivent être évalués et optimisés en permanence. Il est important de répéter les analyses afin d’obtenir un résultat significatif. Il est logique d’utiliser le même espace de travail et les mêmes groupes de personnes afin d’intégrer le moins d’écarts possibles dus aux différences individuelles.

Ces analyses peuvent être effectuées, par exemple, par le biais d’enquêtes auprès des employés, d’entretiens ou de rapports réguliers sur leur santé. Une approche globale est préconisée pour mesurer les aspects physiques et psychologiques.

Quelles sont les mesures qui conviennent à mon entreprise ?

Les mesures que vous pouvez prendre pour améliorer la santé dans votre entreprise sont multiples. Il est donc important de connaître vos besoins spécifiques. De nombreuses entreprises attachent déjà de l’importance à une alimentation saine et au sport et il s’agit d’une bonne approche. Il a été prouvé que le sport réduit le stress, augmente la productivité et peut être utilisé pour des événements de team building. Pour bien faire, les avantages sportifs doivent offrir une variété d’activités afin que chaque employé trouve ce qu’il cherche. C’est cette variété que propose Urban Sports Club, avec son offre sport et bien-être à destination des CE et des employés. Quelle que soit l’option choisie, afin de récolter des bénéfices à long terme, la durabilité doit être garantie. Un personnel en bonne santé est un investissement important pour votre entreprise, alors qu’attendez-vous ?